Adhésion à l’UE : pourquoi la Turquie est-elle bloquée ?

Depuis 33 ans, la candidature de la Turquie pour son adhésion à l’Union européenne reste toujours en attente. Et même si un début de négociations a été ouvert en 2005, un accord semble être loin de réunir les deux parties. Les points de division sont nombreux et chaque camp ne semble pas fléchir sur ses positions.

La situation religieuse de la Turquie

Si la Turquie est considérée comme un État laïque dans sa constitution amandée depuis les années 1920 par l’ancien président Mustafa Kemal Atatürk, la perception est toute autre chose depuis l’arrivée de Recep Tayyip Erdogan au pouvoir avec son l’AKP. L’actuel président turc et ses alliés ne cessent de clamer le caractère islamique de ce pays. Plus loin, le président du parlement a déclaré en 2016 que la Turquie est une nation musulmane et de ce fait, le pays doit élaborer une constitution islamique. Cette ascension religieuse contrarie les dirigeants européens qui font par contre la promotion de la laïcité dans l’organisation.

La situation démographique et ses implications

Dans les statuts de l’Union européenne, le poids démographique des États membres reste un facteur déterminant dans la prise des décisions. La Turquie est l’un des pays les plus peuplés de l’Europe. Et avec ses 83 millions de populations, selon les statistiques de 2020, le pays deviendra la deuxième nation de l’Union européenne qui détient une forte popularité derrière l’Allemagne. Un facteur qui fera d’elle un pays membre influent au sein de l’organisation.

Les questions géopolitiques

Bien qu’Ankara soit membre de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) comme la plupart des États membres de l’UE, ses intérêts géopolitiques ne s’accordent pas du tout avec ceux de l’UE. Les deux parties sont diamétralement opposées sur la situation en Libye, en Syrie et tout récemment en Azerbaïdjan. De même, le dirigeant turc n’hésite pas à invectiver ses homologues européens. Le président français Emmanuel Macron en a fait les frais il y a quelques semaines. De toutes ces divergences, il est évident que l’adhésion de la Turquie à L’UE ne serait pas actée sitôt.